Chiffres clés

135 GWH/an  fournis au réseau de chaleur Centre-Loire :
17 000 équivalents logements

85% des métaux ferreux et 80% des métaux non ferreux valorisés


En savoir plus :

Sur l’énergie issue des déchets
Sur le suivi environnemental

SECHE CONVERT 23

Eric-ConvertImage23

hubert-convert 23

grappin compresse

machefer convert 23

 

Le traitement

> L'unité de valorisation énergétique

Utiliser les déchets comme une ressource

Sur le site d’Alcea, les déchets non recyclables sont incinérés. Le process génère de l’énergie qui est utilisée pour alimenter le réseau de chaleur Centre-Loire et produire de l’électricité.
La fraction qui reste après la combustion des déchets (les mâchefers) est également valorisée : les métaux ferreux et non ferreux sont récupérés, le reste est utilisé en technique routière.

Avec ce mode de traitement, Alcea utilise pleinement le potentiel des déchets non recyclables. Une approche essentielle à l’heure de la recherche d’une indépendance énergétique vis-à-vis des énergies fossiles et de la nécessaire lutte contre la croissance des émissions de gaz à effet de serre.

Comment fonctionne le traitement thermique ?

Trois types de déchets sont concernés par ce traitement :

  • Les ordures ménagères résiduelles, dont les sacs bleus Tri’Sac
  • Les déchets d'activités économiques (ex : commerçants, artisans)
  • Les déchets d’activité de soins à risques infectieux (ex : cliniques, hôpitaux)

Le schéma ci-contre présente le process de l’Unité de Valorisation Energétique. Toutes les opérations sont contrôlées en temps réel depuis la salle de supervision.

usine

1. La réception

Après avoir été pesées à l’entrée du site, les bennes de collecte vident les déchets ménagers non recyclables et les déchets des activités économiques dans la fosse, mise en dépression pour éviter toute dispersion d’odeurs. Les sacs bleus issus de la collecte Tri’Sac, arrivent de l’atelier de séparation grâce à un convoyeur.
Ces déchets sont ensuite placés dans les fours à l’aide d’un grappin, commandé par le pontier. Les déchets d’activités de soins, placés dans des conteneurs hermétiques, sont versés directement dans la trémie d’alimentation de l’un des deux fours à l’aide d’une chaîne automatique.

2. La valorisation énergétique

Deux fours brûlent chacun 9,5 tonnes de déchets à l’heure. Chaque four est équipé d’une chaudière qui produit de l’eau surchauffée, valorisée de deux manières :

  • En priorité sur le réseau de chaleur Centre-Loire, qui fournit de l’eau chaude sanitaire et du chauffage aux habitants de l’est de Nantes (lien vers la page réseau de chaleur)
  • En complément depuis octobre 2014, elle permet de produire de l’électricité (en période estivale), grâce à l’ORC, innovation technologique dans une Unité de Valorisation Energétique des déchets

3. La valorisation matière

La fraction incombustible des déchets est restituée à la sortie des fours sous forme d’un matériau solide, le mâchefer. A ce mâchefer se mêlent les différents corps métalliques non recyclés en amont (métaux ferreux et non ferreux).
Grâce à une nouvelle chaîne de traitement, les performances de valorisation matière sont désormais optimales : 85% des métaux ferreux et 80% des métaux non ferreux sont désormais valorisés. Redevenus des matières premières, les métaux ferreux sont dirigés vers des aciéries, les métaux non ferreux suivent des filières spécifiques.
Les mâchefers restants (essentiellement des minéraux) sont expédiés vers la plateforme de maturation Séché Eco-industries La Dominelais. Ils seront par la suite valorisés en sous-couches et remblais pour la construction routière, économisant ainsi les matériaux naturels (ex : granulats).

4. Le traitement des fumées

Pour s’assurer de leur innocuité sur l’environnement, les fumées issues de la combustion des déchets font l’objet de plusieurs traitements successifs :

  • La captation des poussières, par filtre à manches
  • La neutralisation des gaz acides, par voie sèche
  • Le traitement des dioxines et furanes, par absorption sur charbon actif
  • Le traitement des oxydes d'azote, par réduction sélective catalytique (SCR)

Une fois épurées, les fumées sont soumises à un contrôle en continu permettant de surveiller différents paramètres (poussières, oxyde d’azote …) et de contrôler l’efficacité du traitement des fumées.

Les résidus d'épuration des fumées d'incinération des ordures ménagères (REFIOM) sont orientés vers une Installation de Stockage des Déchets Dangereux.

Repères

  • La valorisation énergétique liée à l’incinération des déchets est considérée pour moitié comme une production d’énergie renouvelable (source Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie).
  • Les déchets sont la 3ème source d’électricité d’origine renouvelable, après l’hydraulique et l’éolien (source SVDU).